Warning: Use of undefined constant visitor_contact_assets - assumed 'visitor_contact_assets' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/vhosts/tamarikipoerani.com/httpdocs/wp-content/plugins/visitorcontact/visitor-contact.php on line 12
Tamariki Poerani présente « Mono’i » ce soir à To’ata – Tamariki Poerani
Menu

Tamariki Poerani présente « Mono’i » ce soir à To’ata

200 kohai et kyokoLa troupe Tamariki Poerani, un des groupes phares de ce Heiva i Tahiti 2009, ne devrait pas manquer de survolter le public à 21 heures ce soir, place To’ata. Sollicités à travers le monde, de Pékin aux États-Unis en passant par le Mexique, les Tamariki Poerani n’auraient raté le Heiva pour rien au monde. “Le Heiva c’est notre culture. Les danses nous font exister et il faut que les Polynésiens participent au spectacle. J’aurais mal au coeur de danser devant des chaises vides”, déclare d’emblée Makau Foster, qui danse depuis plus de 40 ans et dirige avec amour et passion cette troupe depuis plus de 20 ans.
C’est sur le thème du mono’i que la troupe, composée de près de 140 danseurs, compte bien nous submerger de plaisir mais “en toute simplicité”, précise Makau Foster. “C’est un spectacle traditionnel, très naturel. Une chorégraphie simple mais avec classe ! Nous restons dans la tradition sans trop de chichi car il ne faut pas oublier que la danse est un héritage de nos ancêtres, un trésor qu’ils nous ont confié”, ajoute celle qui été également chargée cette année de l’élection de Miss Tahiti 2009.
Un spectacle plein de vie, une invitation à découvrir la culture polynésienne et un hommage à ce rituel ancestral du mono’i. “Le mono’i est dans toutes les familles polynésiennes, quand un enfant naît, le mono’i fait partie de son univers. C’est un thème chaleureux avec beaucoup de bonheur et d’amour, en fait très terre à terre !”, précise Makau Foster. Car la dirigeante des Tamariki Poerani, une troupe aujourd’hui mondialement connue, souhaite avant tout défendre une culture, un peuple et un savoir-faire.
Extrait d’un article paru dans La Dépêche de Tahiti le 15 juillet 2009. CC
Lire l’article complet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *