Warning: Use of undefined constant visitor_contact_assets - assumed 'visitor_contact_assets' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/vhosts/tamarikipoerani.com/httpdocs/wp-content/plugins/visitorcontact/visitor-contact.php on line 12
Heiva i Tahiti 2012 – Tamariki Poerani sur scène le samedi 7 juillet – Tamariki Poerani
Menu

Heiva i Tahiti 2012 – Tamariki Poerani sur scène le samedi 7 juillet

C’est samedi soir que Tamariki Poerani présentera son nouveau spectacle « Te Ora » lors de la 3ème soirée du Heiva i Tahiti 2012. Sous la houlette de Makau Foster Delcuvellerie, 150 danseurs et musiciens se produiront sur la scène de Toa’ta.
L’histoire de ce concours centenaire débute en 1819, lorsque le roi Pomare II interdit toutes les danses et autres « Heiva » (divertissement) soupçonnés d’être des activités à la morale douteuses. Les pasteurs protestants de l’époque voulant également faire disparaître toute trace d’expression païenne, d’autres lois sont édictées par la suite avec la même intention. Le gouvernement français va pour sa part tolérer ces démonstrations tout en les réglementant rigoureusement. En effet, en 1847 la loi n’autorise plus la danse que dans certains lieux et le mardi et le jeudi uniquement. La danse upa upa sera elle totalement interdite dès 1849. Les danses traditionnelles ne reverront véritablement le jour qu’avec les premières célébrations du 14 juillet en Polynésie en 1881 : le « Tiurai » (de l’anglais « july » qui veut dire juillet) permet alors d’associer les Polynésiens aux réjouissances. A l’époque, les Tiurai sont souvent les seules occasions pour les populations des archipels de sortir de leurs îles et de se retrouver. La tendance est donc à montrer la plus belle parure, la plus belle pirogue ou le plus beau chant. L’esprit du Heiva moderne est déjà là.

En 1956, Madeleine Moua et sa troupe « Heiva » révolutionnent l’image du Tiurai en posant les bases du « Ori Tahiti » (danse tahitienne). A partir de 1961, la création de l’aéroport de Faa’a, la mondialisation grandissante et le développement du tourisme vont permettre aux troupes de danser plus régulièrement, voire même de se produire sur des scènes internationales. C’est en 1985 que le Tiurai perd son nom d’origine pour marquer l’accession du territoire à l’autonomie : Gaston Flosse, alors président du Gouvernement polynésien, le baptise « Heiva i Tahiti ». (Source : www.maisondelaculture.pf)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *